Vous souhaitez être appelé gratuitement par un de nos conseillers ?

Nos conseillers sont disponibles du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h

Merci, nos conseillers vont vous rappeler.

ESBD / La bonne étoile de vos données, sécurité informatique

📢 Modernisez vos échanges de données avec une solution Managed File Transfer

Participez à notre webinar en partenariat avec le CRIP jeudi 27 mai de 14h à 15h.

Je m'inscris vite !
Demander une démo
fr / en /
Demander une démo
fr / en /

92 % des établissements d’enseignement considèrent le partage illicite de documents sensibles comme une menace de sécurité majeure

par Netwrix • 03 Nov 2020

Selon une enquête de Netwrix, les menaces les plus courantes dans le secteur de l’éducation sont imputables au facteur humain.

Netwrix, fournisseur de cybersécurité qui simplifie la sécurité des données, dévoile de nouvelles conclusions de son rapport 2020 sur les cybermenaces. Netwrix a mené cette enquête en ligne en juin 2020 pour déterminer comment la pandémie et l’éducation à domicile qui en résulte ont modifié le paysage des risques IT.

Depuis le passage à l’apprentissage à distance, les établissements d’enseignement sont de plus en plus préoccupés par les risques IT : 33 % d’entre eux se disent plus vulnérables aux cybermenaces qu’avant la pandémie, un chiffre supérieur à n’importe quel autre secteur ; 89 % reconnaissent souffrir en outre de nouvelles lacunes en matière de sécurité causées par la transition rapide vers l’enseignement à distance — il s’agit là encore du résultat le plus élevé parmi tous les secteurs.

Lecture annexe : Forte augmentation des incidents de sécurité liés aux erreurs humaines

 

L’écrasante majorité (92 %) des établissements d’enseignement considèrent que le partage illicite de données constitue un risque de sécurité majeur. Ces inquiétudes sont justifiées : 41 % des personnes interrogées ont déclaré avoir été victimes de tels incidents au cours des premiers mois de la pandémie, ce qui en fait l’un des scénarios de menace les plus courants. Parmi les autres types d’incidents signalés figurent le phishing (50 %) et les erreurs des administrateurs (31 %).

L’enquête a également permis de dégager d’autres conclusions :

Télécharger le rapport

 

S'inscrire à la newsletter

Restez informé de l’actualité ESBD

Merci de vous être abonné(e) à notre newsletter.